07 – Troc-paroles : sur l’air d’Au clair de la lune

ENTREVOUS 07 – appel à contributions fermé, section complétée

Lors de la soirée du 1er octobre 2016 chez Béatrice Picard (voir la programmation), la soprano France Bellemare, de l’Opéra de Montréal, a interprété O mio babbino caro de Puccini, sur un nouveau texte d’Hélène Dorion.

En conclusion, dans le contexte du laboratoire de création littéraire Troc-paroles, la SLL a lancé un défi : réécrire les paroles d’Au clair de la lune. Lire la suite pour en savoir plus sur la chanson, voir la partition musicale, lire les paroles originales et une contribution grivoise d’Hubert Saint-Germain (membre de la SLL)

au_claire_de_la_lune
Illustration : Louis-Maurice Boutet de Monvel [1850-1913]

Au sujet de cette chanson.

• Certains attribuent la mélodie à Jean-Baptiste Lully, un compositeur du 17e siècle, d’autres, plus nombreux et plus prudents, considèrent qu’il s’agit d’une chanson du 18e siècle d’un auteur inconnu.
• Le texte est écrit en pentasyllabes (cinq syllabes par vers, comme dans Ne me quitte pas de Jacques Brel). Autre contrainte littéraire pour notre chanson, elle est à rimes croisées féminines et masculines.
• De nombreux auteurs et compositeurs se sont amusés au fil des ans à la chanter sur d’autres airs, ou à réécrire les paroles, notamment Arthur Rimbaud, et plus près de nous – Charles Trenet, Colette Renard et France Gall. Vous ne serez pas donc pas les premiers à vous amuser à le faire !
• Le plus ancien enregistrement de la chanson date du 9 avril 1860. L’interprète, Édouard-Léon Scott de Martinville, est l’inventeur du phonautographe, de dix-sept ans antérieur au phonographe d’Edison.
• En 1931, la chanson a été enregistrée par une soprano lyrique, diva de l’opérette : Yvonne Printemps.
• Les paroles originales sont paillardes, mais il existe une version pour enfant où les deux derniers couplets sont remplacés par un troisième qui en fait une berceuse.

Partition musicale traditionnelle

auclairdelalune-musique

Paroles originales paillardes

Au clair de la lune
Mon ami Pierrot,
Prête-moi ta plume
Pour écrire un mot.
Ma chandelle est morte,
Je n’ai plus de feu ;
Ouvre-moi ta porte,
Pour l’amour de Dieu.

Au clair de la lune,
Pierrot répondit :
« Je n’ai pas de plume,
Je suis dans mon lit.
Va chez la voisine,
Je crois qu’elle y est,
Car dans sa cuisine
On bat le briquet. »

Au clair de la lune,
L’aimable Lubin
Frappe chez la brune,
Ell’ répond soudain :
— Qui frapp’ de la sorte ?
Il dit à son tour :
— Ouvrez votre porte
Pour le dieu d’amour !

Au clair de la lune,
On n’y voit qu’un peu.
On chercha la plume,
On chercha le feu.
En cherchant d’la sorte,
Je n’sais c’qu’on trouva ;
Mais je sais qu’la porte
Sur eux se ferma…

3e couplet version berceuse

Au clair de la lune,
Pierrot se rendort ;
Il rêve à la lune,
Son cœur bat bien fort.
Car toujours si bonne
Pour l’enfant tout blanc,
La lune lui donne
Son croissant d’argent.


Nouvelles paroles de Patrick Coppens et d’Ariane Bouchardy-Gauthier à paraitre dans ENTREVOUS 07, juin 2018; et celles d’Hubert Saint-Germain et de François Debuiche (une contribution de Pologne), à lire dans le supplément virtuel du numéro.


SUPPLÉMENT VIRTUEL

Nouvelles paroles de Hubert Saint-Germain (membre de la Société littéraire)

La chandelle de Pierrot

«Pour la bagatelle
Fais-moi ce cadeau,
Lève ta chandelle,
Mon ami Pierrot
Si tu veux qu’ta belle
Te joigne au dodo.
L’oreiller de plumes
Ne vaut pas mon sein
Quand mon cœur s’allume
Mon joli poussin
Et qu’il bat l’enclume
De mon émotion»,
Chante Colombine

Avec effusion
Qui aim’rait qu’on bine
Son joli jardin,
À l’ami Pierrot.

«Ma chandelle est morte,
Déplore Pierrot,
Il faut que je sorte,
Attends que je passe
Chez le pharmacien
Gédéon Lacasse,
C’est un magicien
Dont le viagra
A fait la fortune
Du commerçant gras
Rond comme une lune.

Je mets mes godasses
Et reviens de suite,
Plus de mine basse
Ni de bite en fuite
J’ramène ma chandelle
L’aiguille aimantée
Vers la bagatelle
Attends-moi, beauté.»

Sous le clair de lune
Il revient bientôt
Vers sa jolie brune.
Le galant Pierrot…

Mais ce racontage,
Enfants trop curieux,

N’est pas de votre âge,
Alors, tous au pieu.