Autres traques cinématographiques

Liens vers des recherches connexes à celle de Danielle Shelton, la DG de la Société littéraire de Laval.

Note de la blogueuse – Je m’intéresse à la question de la réception des références littéraires par les cinéphiles, mais pas d’un point de vue critique.  Je ne cherche qu’à susciter leur attention et leur curiosité. Mais les recherches universitaires sont passionnantes !


1  http://lla-creatis.univ-tlse2.fr/accueil/manifestations-scientifiques/livres-lecteurs-et-usages-des-citations-litteraires-dans-le-film-357674.kjsp?RH=1270125529372

Livres, lecteurs et usages des citations littéraires dans le film

« […] On trouve peu de travaux portant sur le livre et les lecteurs dans les films, alors que la lecture littéraire est source d’inspiration avouée pour plusieurs cinéastes. […]
Cependant, le livre est présent dans de nombreux films, à différents niveaux. Il peut figurer sous la forme de références intradiégétiques, avec parfois un « effet citation » intertextuel, sous la forme de l’intégration dans le décor, dans la fiction – entre autres,
détermination des personnages, dynamique d’une scène, construction d’un ensemble plastique, fonction métafilmique de commentaire de la fiction. Il peut aussi être un modèle structurant pour le film – par exemple sensible dans le découpage en chapitres,
la présentation du film comme une histoire racontée par le narrateur en voix-off. L’objet livre suscite aussi une réflexion sur l’imaginaire véhiculé par le livre, imaginaire reflété par le film, mais aussi sur le regard que le cinéma porte sur  lui-même, sur son propre imaginaire, par le biais du livre convoqué. Du côté des études littéraires, on peut se demander ce que la présence de livres et de lecteurs au cinéma exprime sur le livre et la lecture.
Du côté des études en cinéma, il y a lieu de s’interroger sur l’effet de cette présence dans le film et sur ce qu’elle indique concernant le rapport entre spectateur et lecteur.»


2    https://journals.openedition.org/map/1266

Cet article traite de citations de films dans des films. 

«La citation filmique est une pratique relativement courante dans le cinéma classique, mais encore plus répandue et diversifiée dans le cinéma moderne et contemporain. L’étude des modalités et des enjeux de la citation filmique, un des aspects de l’intertextualité, permet d’aborder un certain nombre de questions relatives au fonctionnement narratif du film, aux modes d’interaction entre film cité et film citant, relations qui peuvent être de diverse nature et prendre la forme d’un hommage, ou d’une parodie. L’usage de la citation donne des indications précieuses sur les choix esthétiques (et/ou idéologiques) du réalisateur. La citation pose aussi, à l’évidence, la question de la réception. Elle engage le spectateur dans un processus de reconnaissance plus ou moins ludique de la source et sollicite sa mémoire et son savoir d’autant plus quand il s’agit d’une citation implicite qui n’inclut pas dans le tissu narratif un fragment du film cité. Il s’agit donc, à travers l’étude de quelques exemples (Hawks, Hitchcock, DePalma, [Woody] Allen, [Tim] Burton*) d’examiner quelques pratiques citationnelles afin de déterminer la place relative de la citation dans le discours du film et ce qu’elle révèle de la posture des cinéastes en relation avec un héritage cinématographique et plus largement, un héritage culturel.
La citation peut convoquer de multiples formes d’art. Le septième art cite abondamment et sous diverses formes la littérature, mais aussi la peinture et la musique. […]»

Le texte de l’article nomme plusieurs autres cinéastes : Wilder, Minnelli, Polanski, Scorsese…


2 – http://www.fabula.org/lht/2/cleder.html

Cet article, non moins intéressant que le précédent, a un titre très explicite : «Ce que le cinéma fait de la littérature ».

«Pour faire oublier ses origines roturières, analphabètes et populaires, on sait que le cinéma, après la Seconde Guerre Mondiale, s’est imposé comme un art à part entière contre la littérature – en s’y adossant, en s’y opposant. […] »