← retour

Portrait de famille des 50 ans de Laval

«Pont-Viau, 31 mars 2015
Danielle, Diane, Leslie et Richard,
Le soleil entre à pleines fenêtres en ce dernier jour d’un mars toujours froid. Comme si l’hiver, vil usurpateur, s’habillait de haute lumière pour nous faire oublier que c’est là une manière d’être du printemps.
J’ai, ce matin, les doigts aux remerciements. Ils s’adressent à vous quatre. 
Les réussites retentissantes, nous le savons tous, paraissent évidentes lorsqu’elles oblitèrent l’échec en le laissant si loin derrière que nous nous demandons pourquoi nous avons cru qu’il pourrait même exister. 
Or, avant la réussite, un long processus de développement doit donner forme à une idée. Le vrai génie consiste à incarner ce que l’esprit conçoit, car des idées, les rêveurs inactifs les lancent par centaines sans que le monde en soit amélioré. (De La Palice regarde par-dessus mon épaule, puis il me souffle à l’oreille que je n’ai encore rien dit de mieux que ce qu’il a déjà commis en d’autres circonstances.) Alors, voilà :
Il fallait des personnes animées d’une foi inébranlable en elles-mêmes – et d’une confiance sans faiblesse envers les gens qu’ils sollicitaient – pour mener dans ses grosseurs, dirait VLB, autant le beau livre que l’éclectique spectacle présenté dimanche il y a deux jours. Je sais que d’autres vous ont épaulés et soutenus ; mais, de la moelle à la peau, ce projet, devenu aujourd’hui réalisation, vous est redevable de son éclat et de son indubitable pérennité.
Je vous en remercie au nom de celles et ceux qui, comme moi, en pensent autant sans peut-être avoir le temps de le faire par écrit. Ces gens, j’en suis certain, vous ont déjà manifesté leur gratitude de vive voix.
Avec reconnaissance,
Claude Drouin » (lettre 2015.03.31)


«Beau spectacle, félicitations!  // Quel est le nom de la femme élancée qui a dansé sur des roulements de tonnerre? (…) Sur le coup, je n’étais pas sûr d’aimer cette chorégraphie, mais ça me poursuit depuis dimanche. Il y avait sûrement quelque chose de prégnant dans ces mouvements si particuliers, ces ondulations de tout le corps. Cette interprète inoubliable m’a fait une impression durable. // Quel est le nom de ce chanteur? Si expressif qu’on avait l’impression, comme l’a dit l’animatrice avec justesse, de comprendre l’allemand.»
André-Guy Robert (courriel 2015.04.30)
N.B. La danseuse est Margaux Chênevert-Beaupré; le baryton est Julien Patenaude.


«Il a eu lieu hier, le lancment du livre Portrait de famille des 50 ans de Laval. Quel moment inspirant ! Merci à Danielle Shelton, à Diane Landry, à Leslie Piché, à Richard Warren et à Marie Anne Arragon pour avoir travaillé si fort, si bien pour ces moments de beauté, de richesse humaine, de profondeur. Que de talents ! Je tiens aussi à souligner la maestria de Danielle Shelton. Nous étions près de 350 personnes à vue de nez. Bravo ! Nous avons pu voir la poésie à l’oeuvre dans la vie, la vraie vie, diraient certains. »
Lise Chevrier (Facebook 2015.03.30)


«Juste pour vous dire à quel point ce fut un moment inspirant hier que ce lancement.  La qualité, la richesse humaine, la beauté étaient au rendez-vous. // Les membres de ma famille et mes amis sont très contents d’avoir assisté à ce beau spectacle qu’ils ont apprécié.  Et croyez-moi, certains sont de fins connaisseurs en musique et en culture.
 // Ce moment constitue un événement marquant pour la SLL qui aura, j’en certaine, des retombées positives.  Et je suis fière d’y avoir participé en tant que poète.   J’espère que vous en savourerez les fruits longtemps et que vous en serez nourris. // Un dernier mot pour Danielle : nous avons vu hier la démonstration de ta maestria !  Chapeau !  Merci pour ton engagement du cœur si profond.»
Lise Chevrier (courriel 2015.03.30)


«Nous avons passé un très bel après-midi hier, le spectacle était bien dosé avec la variété des présentations. Merci d’avoir mis en évidence, le 300km pour la VIE.»
Claude Garon (courriel 2015.03.30)


«Merci et félicitations pour cet après-midi de culture et de rencontres. Bravo pour tout ce travail. C’est époustouflant.»
Marcelle Bisaillon (courriel 2015.03.30)


«Je vous félicite pour le livre et le spectacle c’était au-dessus de mes attentes.»
Jonathan Daigle (courriel 2015.03.30)


«À Danielle Shelton // Me voilà à peine revenue. J’ose à peine bouger, de peur de me départir de l’enchantement qu’a provoqué chez moi le spectacle de cet après-midi. Derrière chacun des tableaux, je sentais le travail immense que tu as investi dans la préparation de ce petit chef-d’oeuvre. Le livre est, à tous les niveaux,  une merveille de bon goût et de sensibilité. Le lancement était beau à en pleurer. À en pleurer, parce que vrai. Vrai,  parce qu’imaginé avec le coeur. Avec le coeur, parce que c’est là que l’art choisit sa maison, quel que soit le style qu’il choisit, quel que soit le siècle où il n’a pas choisi de naître. Je t’ai peu vue, entre 14 et 18 heures, occupée que tu étais occupée à tout gérer… comme d’habitude… avec ta discrétion si belle et si subtile. Derrière toutes les facettes de cette grande réalisation que sont le livre et sa présentation si fine, j’ai senti tes jours pleins à craquer, tes nuits blanches, tes extases, tes doutes, tes espoirs, tes désespérances. Je n’aurais jamais, mais jamais,  jamais réussi à m’endormir ce soir si je n’avais pris (hélas) ce chemin si inhumain de l’ordinateur pour te dire toute mon admiration et mon estime. Te voir à l’oeuvre m’inspire et me grandit. Bravo, chère Danielle, du fond du coeur. Transmets toutes mes félicitations à l’équipe élargie dont tu as su t’entourer pour réaliser cette oeuvre d’une si grande envergure humaine. Je t’embrasse. Je t’aime… il faut bien appeler les choses par leur nom.»
Monique Joachim (courriel 2015.03.29)


« Bravo encore pour le livre et toute l’organisation de l’événement de dimanche dernier. »
Monique Gagné  (courriel 2015.03.03)