← retour

Sortie ENTREVOUS : théâtre d’objets KoboL

JEUDI 3 SEPTEMBRE 2020, La Chapelle Scènes contemporaines, Montréal

Deux pièces de la compagnie KoboL marionnettes : désAmours, précédé de éLogeDesPetitsRiens.
La comédienne Danièle Panneton, membre de la Société littéraire d Laval, est la narratrice hors champ. Elle et notre journaliste culturel stagiaire Félix-Antoine Allard vont cosigner un article sur ce spectacle dans la revue ENTREVOUS 15 (février 2020).


Pour ses 25 ans, KoboL présente sa 13e création de marionnettes pour adultes : un univers de joie, de gravité, de finesse, d’humour et de pudeur vivifiante, qui fait œuvre de transmission de l’essentiel, inspiré par la dernière oeuvre de Geneviève RobitailledésAmours, dont l’incomparable « écriture de vérité », délicate et sensible, en dévoile toute l’humanité. 
désAmours
 questionne la notion amoureuse dans nos vies. Le sens du mot solitude. Comment vit-on sans grand amour, conjoint, mari ? Comment l’Amour se vit-il, sans compagnon de vie, sans enfants ? désAmours n’est pas un désaveu, mais bien une preuve que toute forme d’amour est à construire selon sa propre vie, ses rencontres, son destin et… son cœur. Celui de Geneviève était immense, tout comme son écriture. Une parole d’Amour. Un chant offert à l’Humanité.
Geneviève Robitaille est devenue une écrivaine à la voix unique. Elle avait ce besoin irrépressible de raconter des histoires, de mettre en scène son propre récit et ce besoin, chez elle, s’appelle plaisir vital et authenticité. Elle témoigne de son regard sur le Monde, de son écriture réflexive, verticale, qui s’élève, qui tire vers le haut et qui se tient bien droite, debout, face aux vents les plus violents. Toujours dans un style très personnel, à la fois tout en douceur, en paix, en sincérité et en relief, à la fois aérien et enraciné, Geneviève Robitaille nous fait entrer dans son intimité et nous crie à la fois que la vie est belle et qu’elle a peur qu’elle soit trop courte. Une parole de femme résistante qui d’un livre à l’autre, a repoussé la mort.